La Libre Pensée du Bas-Rhin
Abrogation du Concordat et du statut scolaire d’exception d’Alsace-Moselle.

Categories

Accueil > Actualité de la Laïcité > Inauguration de la Grande Mosquée de Strasbourg

Communiqué de la Libre Pensée 67

7 octobre 2012
Esther BAUER, Hervé GOURVITCH

Inauguration de la Grande Mosquée de Strasbourg

Lors de l’inauguration de la grande mosquée de Strasbourg, en présence des autorités religieuses, du Maire de Strasbourg, du président du Conseil Général et de celui du Conseil Régional, Monsieur VALLS, Ministre de l’Intérieur a déclaré :
« Il n’y a qu’en France qu’un ministre de l’Intérieur peut, en l’espace d’une semaine, se rendre à la Cathédrale de Troyes pour une béatification, être à la Grande synagogue de la Victoire, auprès des communautés juives, pour la nouvelle année, et être présent, ici, à Strasbourg, pour inaugurer sa Grande mosquée. C’est cela la France, c’est cela que permet la laïcité. »

Par ailleurs, il a rappelé l’attachement du président de la République, du Premier Ministre et du Gouvernement à « la spécificité du régime en vigueur en Alsace Moselle. »

La présence de Monsieur VALLS à cette inauguration en tant que représentant du gouvernement est contraire à la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905 qui stipule : « La république ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte » et qui a supprimé le titre de ministre des cultes.

La définition que donne Monsieur VALLS de la laïcité est, en fait, le multiconfessionalisme appelé par certains « laïcité ouverte » . Contrairement à ce qu’il affirme, le régime d’exception clérical en vigueur en Alsace Moselle est contraire à la liberté de conscience et à l’égalité des citoyens devant la loi. Ce régime est l’héritage de régimes autoritaires et antirépublicains, le Premier Empire, et l’Empire Allemand. Il n’a rien à voir avec la République et la Laïcité.

La Fédération de la Libre Pensée du Bas-Rhin proteste contre la présence es-qualité du Ministre de l’Intérieur à une cérémonie religieuse et contre celle des représentants des collectivités territoriales.

Elle réaffirme sa revendication d’abrogation du régime d’exception clérical d’Alsace Moselle : Concordat, statut scolaire et délit de blasphème.

Commentaires

Répondre à cet article